pronote-logo

Histoire

Accueil
Histoire

louismassignon2

N é le 25 juillet 1883 à Nogent-sur-Marne, Louis Massignon entre au lycée Louis-le-Grand, à Paris, où il rencontre en 1896 Henri Maspero. Entre des études de philosophie et de mathématiques, il s’entretient, en 1900, à l’abbaye bénédictine de Ligugé, avec J.-K. Huysmans et part, l’année suivante, pour l’Algérie. Il participe, en 1905, au Congrès des orientalistes à Alger.

Après avoir présenté (1904) son diplôme d’études supérieures sur le Maroc d’après Léon l’Africain, il fait, en 1906, un voyage dans ce pays et est nommé membre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire.

Au cours d’une mission en Mésopotamie, il vit, sur le Tigre, le 3 mai 1908, une expérience à laquelle il référera toujours son évolution spirituelle, sans qu’elle ait été véritablement explicitée jusqu’ici. Il poursuit des recherches sur le mystique musulman al-Halladj à Constantinople, puis au Caire, où il étudie à l’Azhar et devient professeur à la nouvelle Université (1912-1913). Après son mariage, en 1914, il est mobilisé dans l’armée d’Orient où il occupe, de 1917 à 1919, le poste d’officier adjoint auprès du haut commissaire de France en Palestine et en Syrie.

Directeur, à la fin de la guerre, de la Revue du monde musulman et professeur suppléant au Collège de France, Massignon y est nommé titulaire en 1926 et fonde la Revue des études islamiques ; devenu directeur à l’École pratique des hautes études en 1933, il est reçu membre de l’Académie arabe au Caire dont il suit annuellement les sessions jusqu’en 1960. Il fonde en 1934 la Badaliya à Damiette.

En 1947, président de l’Institut d’études iraniennes et fondateur du comité chrétien d’entente France-Islam, il prend part à la mission française auprès des réfugiés palestiniens, inaugurant une série de voyages qu’il renouvellera chaque année auprès de ceux-ci. Les démarches de Massignon se multiplient alors, notamment avec la création du comité France-Maghreb en 1953, avec le jeûne de la Badaliya le 21 août à l’occasion de l’exil de Mohammed V, jeûne auquel il s’astreindra désormais chaque mois.

Président, en 1954, du Comité pour l’amnistie aux condamnés d’outre-mer et de l’association des Amis de Ghandi, il se rend à Madagascar pour visiter les condamnés politiques et le souverain marocain, faisant halte au retour à Namugongo, lieu de pèlerinage des martyrs de l’Ouganda. Massignon s’éteint à Paris à l’âge de soixante-dix-neuf ans.

Source: Encyclopædia Universalis France

>En savoir plus sur Louis Massignon »

Dialogue des cultures, dialogue islamo-chrétien

Pendant un demi-siècle, Louis Massignon fut « l’inspirateur incomparable » du dialogue des civilisations, et plus particulièrement du dialogue islamo-chrétien.

Dialogue des civilisations lorsqu’il recherche des complémentarités entre les 3 religions soeurs qu’il définit ainsi: « Israël est enraciné dans l’espérance, la chrétienté vouée à la charité, l’Islam centré sur la foi ».

Dialogue islamo-chrétien qui émerge d’une double appartenance: par sa première culture, Louis Massignon appartenait au monde occidental, mais grâce à sa foi et au grand mystique al-Hallaj, il choisit « d’être un frère des Arabes, d’épouser leur destin, et dorénavant sa vie sera consacrée à réaliser cette double fidélité à l’univers et au monde arabes ». (1)

Il consacra sa longue vie, très active et laborieuse, à faire valoir les richesses de la civilisation musulmane et à essayer de dégager ce qu’à ses yeux, la religion musulmane avait d’authentiquement valable… en se plaçant dans l’axe même de la doctrine musulmane, à ce point vierge de vérité qui se trouve dans son centre et qui la fait vivre… C’est grâce à lui et à ses disciples qu’un courant favorable au dialogue avec l’Islam s’est peu à peu établi dans l’Église ». (2)

Ce dialogue islamo-chrétien se concrétise dans:

  • la création du Centre de Dar-el-Salam.
  • la création du pèlerinage des VII Dormants en Bretagne, pèlerinage qui a toujours lieu chaque année.
  • la création du Comité chrétien pour l’entente France-Islam.
  • la participation aux réunions de l’association des Ikhwan-al-Safa.

Source : Hommage à Louis Massignon, Institut du Monde Arabe

  1. Louis Massignon et le dialogue islamo-chrétien, par George Anawati, in Présence de Louis Massignon. Hommages et témoignages, 1987
  2. Louis Massignon et Saint Marie de Dar-el-Salam, par Xavier Eid, in Présence de Louis Massignon. Hommages et témoignages, 1987

Louis Massignon, l'homme d'engagement politique

Le positionnement, l’engagement et le passage à l’action de Louis Massignon sur de nombreux événements directement liés à la politique sont ici présentés au travers d’articles de presse:

  • La Palestine où il se détermine contre le partage, contre le sionisme ne pouvant « admettre l’idée de voir des rescapés des camps de la mort devenir les anges terminateurs des Arabes. »
  • Il tente une réconciliation entre chrétiens, juifs et musulmans car « les religions ne sont pas des ruines archéologiques mais les pierres vivantes devant lesquelles une tenue morale au moins décente s’impose » (1)
  • Le Maroc où il s’exprime au travers du Comité France-Maghreb (2), à l’heure où la situation du Maroc se dégrade, où certains pachas et caïds ont demandé la destitution de Mohamed V.
  • L’Algérie où il alerte l’opinion publique dès 1945, titrant dans Témoignage Chrétien. « Le problème algérien et la conscience française », pour laquelle il engage directement sa personne dans des actions et manifestations qui forcent l’admiration.

Quelques témoignages collectés (J.P. Rioux, J.Lacouture, Denis Barrat…) éclairent davantage l’oeuvre de ce grand maître.

Source : Hommage à Louis Massignon, Institut du Monde Arabe

  1. Louis Massignon, in Témoignage Chrétien – 30 Avril 1948
  2. Créé en 1953, présidé par François Mauriac, avec 3 vice-présidents: Georges Izard, Charles-André Julien et Louis Massignon, ce comité a pour objectif d’assurer une « information objective » et une « application sans discrimination des droits de l’homme ».

Louis Massignon, le mystique

Parler de Massignon – le mystique c’est d’abord parler de sa conversion: l’adolescent Louis Massignon s’était éloigné de la religion et le retour à Dieu fut sans doute « préparé par l’amitié du grand converti Huysmans (1) …mais elle ne devait prendre sa dimension qu’au contact de l’Islam ». (2)

Paul Claudel a insisté auprès de Louis Massignon pour qu’il publie le récit de sa conversion.

Celui-ci s’est juste contenté d’y faire allusion bien des fois, n’en donnant qu’une information très réservée, « soucieux, semble-t-il, d’en garder le secret ultime. Qu’il suffise donc de dire ici, que, au moment où, dans des circonstances dramatiques, le jeune archéologue est arrêté sur l’inculpation d’espionnage et voit sa vie en danger, Dieu, quitté, comme il arrive si souvent, depuis l’adolescence, vient le visiter dans une sorte de révélation foudroyante, en même temps que des hôtes arabes, par le voeu de l’hospitalité sacrée, se portent garants de sa vie et le tirent du péril qu’il courait.

Impossible, pour un coeur ardent et lucide comme le sien, de ne voir qu’une coïncidence dans cette double visitation. Impossible, à l’instant où il redevient chrétien, avec une plénitude qui va former désormais le voeu de toute son existence, de ne pas découvrir un autre voeu, ou l’autre face de ce voeu, dans la fidélité qu’il doit à ces étrangers qui, pour le sauver, se sont en quelque manière substitués à lui. Dieu aussi est venu à lui comme un Etranger mystérieux. »(3)

Source : Hommage à Louis Massignon, Institut du Monde Arabe

  1. Rencontré en 1900 à Ligugé (dans la Vienne)
  2. Un retour à Dieu par l’Islam: L. Massignon. Par Jean Scelles et J. Scelles-Millie, in L.Massignon, cahier dirigé par J. Fr. Six.
  3. Otage chrétien de L’Islam. par Jacques Mercanton, in Louis Massignon, cahier dirigé par J. Fr. Six.

Louis Massignon, le savant, l'islamologue

L’oeuvre du savant Louis Massignon demeure un point de référence. Son érudition, liée à une intelligence fulgurante, était étonnante. Il avait une connaissance très fine des langues sémitiques, surtout de l’arabe, « langue de révélation, langue liturgique de l’Islam ».

Massignon n’a pas fait carrière dans l’enseignement de la langue arabe, bien qu’il fût membre de l’Académie Arabe du Caire, et précisément du jury d’agrégation d’arabe à Paris. Il a pourtant étudié à fond cette langue pour y découvrir la manière dont on y arrivait au vrai » (1).

Louis Massignon écrivait en 1954, dans Arabica (2) :

Hôte étranger des Arabes, j’ai trouvé un jour dans leur langue ce contact, cette conscience communicable du vrai, par participation à leur structure de pensée, saisie dans son profil et identification linguistique ».

L’approfondissement de l’arabe l’oriente vers le mysticisme, vers l’étude du Coran, vers la compréhension de l’Islam.

Adonné à l’islamologie, théologien chrétien, philosophe, archéologue, historien, linguiste, anthropologue, professeur au Collège de France pendant près de 30 ans avec des élèves aussi célèbres que Henri Corbin ou le philosophe égyptien Abd al-Rahman Badawi…

Louis Massignon a marqué profondément l’orientation des études islamiques, non seulement en France mais dans le monde entier… Et tout laisse à croire que cette influence n’est pas près de s’estomper. »(3)

C’est pourquoi nous retiendrons ci-après l’islamologue (présenté par Henri Laoust, lui aussi professeur au Collège de France) mais aussi le savant en contact avec un autre grand islamologue allemand Carl Heinrich Becker (4): les 2 lettres reproduites datent de 1912 et sont inédites. Elles sont présentées par Dominique Bourel, directeur de recherche au CNRS.

Les écrits de Louis Massignon sont très nombreux.

La « Bibliographie de Louis Massignon » est signée Youakim Moubarac. Elle se compose de :

200 ouvrages et articles de revues. environ 100 comptes-rendus et témoignages, 100 communications, cours, leçons, 150 conférences ou textes d’actualité, environ 50 textes en arabe, prononcés à l’Académie Arabe du Caire ou publiés dans le bulletin de Charles de Foucault.

Bien des documents sont encore inédits, particulièrement sa correspondance.

Source : Hommage à Louis Massignon, Institut du Monde Arabe

  1. Islam et Christianisme Selon Louis Massignon, Harpigny (Guy), Louvain-la-Neuve, 1981, pp. 149-150.
  2. t.1, fasc.1
  3. Un homme d’absolu, par Louis Gardet, in Présence de Louis Massignon. Hommages et témoignages, 1987.
  4. Se reporter à la bibliographie: L’Islam dans le miroir de l’Occident a été co-produit par L.Massignon, C.H.Becker, I. Goldziher…
Recherche

Nos établissements

Contactez-nous

© 2013-2015 G.S.L.M. (sauf mention contraire, crédit photos: Julien Gérard)